Peut-on encore réguler Facebook ? Mon intervention sur France Inter.

Frances Haugen est attendue, le mercredi 10 novembre, à l’Assemblée nationale. En prévision de sa venue, j’ai été invité sur France Inter pour échanger sur les possibilités de régulation des réseaux sociaux. Les récentes révélations de la lanceuse d’alerte américaine ont permis de mettre en lumière les différentes failles sécuritaires de Facebook pour ses utilisateurs. Existe-t-il un moyen de protéger les Français de ces failles ? Extrait :

Continuer la lecture de « Peut-on encore réguler Facebook ? Mon intervention sur France Inter. »

Pour Éric Bothorel, le Trégor a su tirer parti du Plan de relance

Lire l’article sur le site du Télégramme.

Éric Bothorel, député de la circonscription Lannion-Paimpol, est revenu ce vendredi matin sur les aides financières reçues par des entreprises du Trégor-Goëlo dans le cadre du Plan de relance.
Lors d’un rendez-vous avec la presse, le député Éric Bothorel a présenté un premier bilan pour la circonscription des retombées du Plan de relance.
Lors d’un rendez-vous avec la presse, le député Éric Bothorel a présenté un premier bilan pour la circonscription des retombées du Plan de relance. (Le Télégramme/Morvan Léon)
Continuer la lecture de « Pour Éric Bothorel, le Trégor a su tirer parti du Plan de relance »

Quelques actualités de la semaine

Lannion. Novatech et Brightloop relocalisent, l’État soutient leurs efforts.

Le volet compétitivité du plan de relance soutient ces deux entreprises Lannionaises à hauteur d’un million d’euros. Novatech fabrique des convertisseurs intelligents pour la société lannionnaise Brightloop converters (ex-Alcatel converters). Ils permettent, par exemple, de convertir l’électricité d’un état à un autre ou d’un voltage à un autre. Cette aide permettra aux entreprises d’innover de de relocaliser la production de leurs matériaux. Je me félicite de la volonté de nos entreprises d’innover en se liant à l’attractivité locale.

Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les adultes à partir du 31 mai.

Le premier ministre Jean Castex a annoncé l’ouverture de la vaccination pour tous les adultes à partir du 31 mai. Cette accélération forte, en avance sur le calendrier, est synonyme de l’engagement de la France dans la lutte contre la Covid-19. Ensemble, nous réussirons.

Le Pass Culture élargi à tous les jeunes de 18 ans peu importe la région.

Le pass Culture est une mission de service public portée par le ministère de la Culture. Ce dispositif permet d’avoir accès l’année des 18 ans à une application sur laquelle on dispose de 300€ pendant 24 mois pour découvrir et réserver selon les envies les propositions culturelles de proximité et offres numériques (livres, concerts, théâtres, musées, cours de musique, abonnements numériques, etc.).

Un « Pass sport » de 50 euros pour 5,4 millions d’enfants.

Le « Pass sport » sera déployé selon les modalités suivantes :il sera d’un montant de 50 euros par enfant et sera cumulable avec d’autres aides pour adhérer à un club. Il concerna un public large de 5,4 millions d’enfants, soit tous les enfants éligibles à l’allocation de rentrée scolaire et tous mineurs bénéficiaires de l’allocation AEEH pour les personnes handicapées il pourra être renouvelé en 2022.

Energies marines renouvelables : L’urgence d’agir

Alors que la publication de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) est imminente, la place accordée aux énergies marines renouvelables doit être réaffirmée.

C’est pourquoi, à l’initiative des députés Eric Bothorel, Didier Le Gac, Jimmy Pahun et Gwendal Rouillard, des députés de toutes sensibilités politiques et les acteurs de la filière, ont décidé, lors d’une réunion mercredi à l’Assemblée nationale, de lancer un appel au Président de la République en faveur des énergies marines renouvelables : éolien offshore posé, flottant et hydrolien.

En effet, les énergies marines renouvelables disposent de tous les atouts pour constituer l’un des piliers de la transition énergétique dans le secteur de l’électricité, au même titre que l’hydroélectricité, l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque.

En outre, la France dispose du 2ème espace maritime mondial et l’Etat a soutenu pendant plus de dix ans la recherche et l’innovation dans le secteur.

Des investissements majeurs pour des projets d’envergure ont été initiés avec le soutien des collectivités territoriales, des régions et des ports.

Aujourd’hui l’avenir des énergies marines renouvelables en France dépend des décisions que le Gouvernement doit prendre dans les prochains jours pour la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).

C’est en effet l’Etat, et lui seul, comme l’a rappelé le Président de la République à Quimper le 21 juin dernier, qui a la capacité de pérenniser la filière en planifiant dès maintenant les futurs projets et en donnant de la visibilité pour de nouveaux appels d’offres.

Sans cette implication de l’Etat, aucun nouveau parc ne verra le jour d’ici 2030, ce qui placera notre pays en-deçà des objectifs fixés par la loi de 2015 et des engagements européens.

Un savoir-faire unique et des investissements massifs se sont constitués dans ce secteur depuis 10 ans. Rien ne justifierait que la France manque ce rendez-vous majeur en matière environnementale, énergétique et industrielle.

Comme l’avait dit le Président de la République sur ces sujets à Quimper le 21 juin dernier : « L’heure est maintenant à l’action ».

Lannion et Saint-Brieuc sélectionnées dans le programme Action Cœur de Ville

Communiqué de presse

Le 27 mars 2018

 

Parce qu’il n’y a pas de territoire fort sans ville centre forte, parce qu’il n’y a pas de ville dynamique sans cœur de ville fort, je suis très heureux d’avoir porté avec Jacques Mézard et Julien Denormandie l’éligibilité de Lannion et Saint-Brieuc au programme Action Cœur de Ville.

Dans un travail continu avec le Gouvernement, je me félicite de la sélection des villes de Lannion et de Saint-Brieuc au programme Action Cœur de Ville. C’est le fruit d’échanges multiples que j’ai pu mener auprès du Ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et du Secrétaire d’État Julien Denormandie. C’est un plan massif de plus de 5 milliards d’euros sur 5 ans répartis entre : 1,5 Mds€ en faveur d’Action logement, 1,7Mds€ en faveur de la Caisse des Dépôts et Consignations, 1,2mds€ pour l’ANAH, et au moins 1Md€ pour les dotations d’équipement des territoires ruraux et de soutien à l’investissement local.

Le développement de la France passe par les villes moyennes : elles représentent un potentiel majeur pour notre pays. Notre pays a la chance d’avoir un fort maillage de villes dites moyennes : cela représente environ 25% des Français, et beaucoup plus si on élargit ce chiffre à leur aire d’influence. Ces villes ont été secouées depuis des décennies par beaucoup de phénomènes : la désindustrialisation, le renforcement irréversible des métropoles, le regain d’attractivité  des zones rurales ou encore la périurbanisation. Elles sont pourtant créatrices de valeur dans notre pays. Elles portent une partie du développement du pays, aujourd’hui et demain. C’est dans ces villes par exemple, bien plus que dans les métropoles, que le rebond industriel commence à apparaître. Pour les accompagner, elles doivent retrouver des investisseurs, trouver de la ressource, valoriser leur patrimoine qui est un actif que l’on nous envie partout dans le monde. Au-delà des villes, c’est tout le territoire qui les entourent qui se trouve valorisé : si un cœur de ville moyenne se porte bien, c’est l’ensemble du  bassin de vie y compris dans sa composante rurale qui en bénéficie. Action Cœur de Ville est donc un volet essentiel de la politique de cohésion des territoires menée par le gouvernement et la majorité présidentielle.

Le Gouvernement a sélectionné plus de 200 villes, dont Lannion et Saint- car le plan aide les villes qui ont une fonction de centralité importante pour tout un territoire départemental et/ou régional. Nous voulons conforter leur rôle au cœur de leur territoire d’influence et leur donner les moyens de leur développement actuel et futur. La mise en place du programme est immédiate. Concrètement, les préfets vont prendre l’attache des maires pour constituer l’équipe projet et se mettre au travail. Sous 3 mois, ils devront avoir conclu avec chaque ville sélectionnée une convention qui permettra de déclencher les premières actions, sans attendre la conclusion du contrat proprement dit. Dès la convention, les financements pour les actions qui sont déjà mûres pourront être débloqués et entrainer des actions concrètes rapidement dans les villes sélectionnées.