Le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires va bénéficier à l’entreprise Œufs d’Armor dans le cadre du programme France relance.

Ce fonds d’accélération, ce sont environ 300 millions d’euros mobilisés par l’État et les régions au service de la région. En Bretagne, 33 projets sont lauréats de ce fonds dans le cadre de la deuxième vague. Ce sont donc 12,3 millions d’euros mobilisés par France relance. 76,6 millions d’euros d’investissements productifs à l’échelle de la région. 

Ils permettront aux entreprises concernées de diversifier leur activité, de moderniser leurs procédés de fabrication ainsi que de pérenniser leur présence en Bretagne avec la création de 709 emplois. Œuf d’Armor, basée à Rospez, pourra ainsi développer son activité et la pérenniser. Quand l’action nationale s’inscrit dans un développement territorial afin de préserver son industrie.

Le dossier de presse sur le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires

22 nouveaux projets de relocalisation lauréats dans le secteur électronique

À l’occasion de son déplacement ce jour dans l’entreprise Axon Cable dans la Marne, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a annoncé les17 premiers lauréats du dispositif « Chaleur Biomasse » ainsi que 16 nouveaux lauréats du dispositif « Efficacité Energétique » opérés par l’ADEME. Ces projets s’inscrivent dans les 1,2 milliards d’euros consacrés à la décarbonation de l’industrie du plan « France Relance ». Au total, et en incluant les 16 précédents projets annoncés le 17 décembre 2020, France Relance soutient d’ores et déjà 49 projets représentant 596 millions d’euros d’investissements dans la décarbonation de l’industrie française au travers d’un soutien public s’élevant à 224 millions d’euros. Ils permettront une réduction globale de 743 000 tonnes de CO2eq par an des émissions de l’industrie française.

 Agnès Pannier-Runacher a déclaré à cette occasion : « Grâce à France Relance, la décarbonation de l’industrie s’accélère, avec des projets concrets et ancrés dans les territoires qui vont permettre de réduire significativement les émissions de CO2 des sites les plus émetteurs de France. Aux côtés des filières industrielles françaises, nous relevons ainsi le défi climatique, tout en préservant les emplois et les sites de production. En améliorant significativement notre performance environnementale, nous donnons encore plus de crédit à notre stratégie de relocalisation et réconcilions écologie et économie ».

En Côtes-d’Armor, c’est l’entreprise Keopsys Industries basée à Lannion qui bénéficiera de ce plan de relance avec son projet « ARCOL ». Ce dernier vise à conduire une ligne pilote de fabrication de composants optoélectroniques. À terme, il permettra de réduire la dépendance de l’entreprise vis-à-vis des fournisseurs étrangers les plus critiques, tout en renforçant sa compétitivité. Ainsi, en centralisant et localisant ses moyens de productions, Keopsys réduit sa consommation de CO2 tout en consolidant sa position par moins d’interdépendance. Nous pouvons nous féliciter de l’engagement climatique des entreprises locales ainsi que leur volonté de s’affirmer en tant qu’entreprise le plus autonome possible.

Signature de l’accord d’orientation stratégique État-Région pour la mise en oeuvre du plan de relance en Bretagne

Ce 18 février 2021, à Callac (Côtes d’Armor), Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne, et Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, ont signé, en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, l’accord d’orientation stratégique État-Région pour la mise en oeuvre du plan de relance en Bretagne et ont, à cette occasion, validé les orientations du futur contrat de plan (CPER) 2021-2027. 

Au total, ce sont plus de 3,4 milliards d’euros qui seront mobilisés pour la Bretagne et ses habitants sur la période 2021-2027, dont plus d’1 milliard d’euros au titre de la relance. 

En cohérence avec le contrat d’action publique pour la Bretagne et le pacte d’accessibilité de février 2019, l’accord, signé ce 18 février 2021 entre le préfet de la région Bretagne, Emmanuel Berthier, et le président du Conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, traduit ainsi leur engagement commun de maintenir dans la durée un niveau d’investissement et d’ambition élevé, en réponse aux 5 défis majeurs auxquels est confrontée la Bretagne : 

• la géographie péninsulaire
• le développement économique et social

• l’équilibre territorial
• les transitions écologiques
• la cohésion sociale. 

Il s’inscrit en complément des mesures d’urgence mises en place par l’État et la Région, au service du maintien de l’activité, du soutien aux entreprises, aux acteurs et aux personnes les plus fragilisés par la crise. 

Ainsi à Lannion, Cristalens Industries percevra 850.000 euros afin d’opérer des investissements industriels destinés à augmenter les capacités de production. L’investissement national dans des projets locaux est à saluer, cela renforce l’attractivité territoriale, le développement industriel et économique de notre région. 

Plan de relance pour l’inclusion

Un plan de 300 millions d’euros a été déployé en août 2020 en direction de près de 5000 entreprises sociales inclusives. Cela représente plus de 4000 structures d’insertion par l’activité économique et 800 entreprises adaptées, soit plus de 180.000 salariés insertion et/ou en situation d’handicap. En décembre 2020, ce plan a été augmenté compte tenu du succès rencontré par des projets créateurs d’emplois.

En Bretagne, c’est 1565 futurs emplois sur la période 2021-2022, 6,5 millions d’euros de soutien, et 161 projets. C’est donc 33 projets en Côtes-d’Armor dont 10 en circonscription : 9 à Lannion avec la Régie de quartiers, Émeraude i.d et l’A.N.R.H, entreprises adaptées, et le CASCI de Plouezec.

Nous pouvons nous réjouir que les entreprises du Trégor s’investissent dans les problématiques d’inclusion de personnes marginalisées. Ce plan de relance de l’inclusion permet ainsi la création d’un lien social fort ainsi que la facilitation de l’accès au travail pour des personnes en situation de handicap, ce qui contribue à leur intégration au monde professionnel.

Le plan de relance de l’inclusion

France Relance : Dans le Trégor, deux projets lauréats des fonds de modernisation et de diversification des filières automobile et aéronautique

Ce mardi 16 février, les ministres Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher ont annoncé 205 nouveaux projets bénéficiaires des fonds de soutien à la modernisation et à la diversification des filières automobile et aéronautique, pour un financement de l’Etat de plus de 174 millions d’euros, dont deux projets dans la 5ème circonscription des Côtes d’Armor.

À Cavan, c’est le projet de ST Industries, usineur en mécanique et mécatronique, qui bénéficiera de ce soutien public afin de lui permettre d’intégrer au sein de ses ateliers des nouvelles technologies du numérique dans une logique d’industrie du futur (cobotisation, réalité augmentée, cybersécurité).

À Rospez, c’est l’entreprise Prolann, spécialisée dans l’usinage de haute précision pour l’aéronautique défense, qui sera soutenue dans sa diversification vers des activités à haute valeur ajoutée (usinage du verre, des céramiques et matériaux durs) et son développement d’une capacité d’adaptation des machines-outils aux besoins de ses clients.

Ces annonces s’inscrivent dans la continuité de la mise en œuvre du plan France Relance qui, depuis son lancement en 2020, a conduit l’État à engager plus de 431 millions d’euros au profit de 492 projets lauréats, qui représentent désormais un investissement industriel de plus d’un milliard d’euros à l’échelle nationale.

Eric Bothorel, Député des Côtes d’Armor : « Je me félicite de la bonne appropriation de ces mesures par nos entreprises, qui profitent directement à la modernisation et à la compétitivité de l’industrie trégoroise. Je salue le soutien de l’Etat qui, conjugué aux forces vives de notre territoire, nous permettra de sortir de la crise par le haut, de consolider nos compétences et de poursuivre le développement de chaînes de valeurs stratégiques pour préparer l’avenir. Ces PME et ETI industrielles font la fierté du Trégor et constituent un maillon essentiel de son attractivité, que nous continuerons à soutenir sans relâche. »