Plan de relance : annonce des lauréats de l’appel à projet du volet « Continuité pédagogique » : 27 écoles concernées dans les Côtes-d’Armor

Le Gouvernement mobilise 105 millions d’€ du Plan de relance pour soutenir les projets d’équipement numérique des écoles, visant à réduire les inégalités scolaires et à lutter contre la fracture numérique. Ce sont 27 écoles de la circonscription – dont Paimpol, Perros-Guirec ou encore Saint-Quay-Portrieux – lauréates de l’appel à projets « Pour un socle numérique dans les écoles élémentaires – Continuité pédagogique » qui vont en bénéficier, a annoncé le ministère de l’Éducation nationale en début de semaine.

Le 2 juin 2021, Daniel Labaronne, Vice-président de la commission des Finances, a annoncé les lauréats de l’appel à projets du volet « Continuité pédagogique » du Plan de Relance. Présenté par le Gouvernement, cet appel à projets vise à faire face aux défis économiques et sociaux causés par l’épidémie de la Covid-19, il comporte un important volet dédié à la transformation numérique de l’enseignement, notamment pour contribuer à porter la généralisation du numérique éducatif et ainsi assurer la continuité pédagogique et administrative.

Son ambition est d’appuyer la transformation numérique des écoles en favorisant la constitution de projets fondés sur trois thèmes essentiels : l’équipement des écoles d’un socle numérique de base en termes de matériels et de réseaux informatiques, les services et ressources numériques, l’accompagnement à la prise en main des matériels, des services et des ressources numériques.  

Pour Éric Bothorel, député des Côtes-d’Armor : « La crise sanitaire de la Covid-19 a fait prendre conscience de l’importance de la modernisation et de la numérisation des écoles afin d’assurer en permanence un enseignement de qualité. L’éducation des jeunes générations est une priorité pour le gouvernement. Le Plan de relance propose ainsi des actions concrètes, et je me réjouis que plusieurs établissements de ma circonscription en bénéficient, affirmant l’attractivité, la qualité et l’égalité de l’enseignement au sein de nos territoires. »

France Relance : 9000 projets d’investissement du quotidien. Coup de projecteur sur les mesures de soutien aux collectivités locales dans les Côtes-d’Armor

Relancer l’investissement local : 2,5 milliards d’euros de dotations aux collectivités locales 

Les différentes collectivités locales (communes et groupements, départements et régions) ont en charge de nombreux services publics indispensables dans le quotidien des Français: bâtiments scolaires (écoles pour les communes, collèges pour les départements, lycées pour les régions), transports publics, voirie, équipements sportifs et culturels, etc. Pour mener à bien ces services, les collectivités ont besoin d’investir, c’est-à-dire de s’équiper sur une durée longue pour pouvoir mettre en œuvre leurs compétences, en construisant notamment des infrastructures ou des bâtiments. Par exemple, la construction ou la rénovation d’une école est un investissement local. Il en va de même de la réalisation d’une piste cyclable ou de la rénovation énergétique d’un collège. Ces investissements locaux jouent un rôle très important dans la vie quotidienne de chacun d’entre nous mais également dans l’activité économique du pays. Ils irriguent en effet un nombre important d’entreprises – souvent des TPE et PME – et, à travers elles, l’ensemble du tissu économique local. Les Côtes-Armor ont bénéficié de 23 265 237 euros d’aides pour 91 projets lauréats. 

Plus de 600 millions d’euros de France Relance pour compenser des pertes de recettes 

Dans le cadre de France Relance, le Gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs permettant d’apporter un soutien financier immédiat aux collectivités les plus affectées par la crise sanitaire et économique, en leur garantissant un niveau de ressources et, ce faisant, leur donnant de la visibilité sur leur situation financière. Ainsi, dès l’été 2020, l’Etat a mis en place un dispositif inédit de « filet de sécurité » sur les ressources des collectivités du bloc communal, des départements et des collectivités d’outre-mer. En Côtes-d’Armor, c’est 854 061 euros d’aides accordées. 

Ce plan de relance au service des collectivités permet la dynamisation, la revalorisation et la consolidation du tissu local et territorial. Un soutien direct de l’État aux collectivités qui forgent son identité.

Bruno le Maire, ministre de l’économie : « Parce que les collectivités locales sont des acteurs essentiels de la vie économique, nous sommes à leur côté pour accompagner leur propre rebond. »

Visite à Lannion d’Élisabeth Moreno, Ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances

Vendredi 16 avril à Lannion, j’ai eu le plaisir d’accueillir Élisabeth Moreno, Ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, qui a répondu à mon invitation. Nous nous sommes rendus à deux endroits porteurs de projets en faveur de l’égalité.

Partenariat En Route vers l’Emploi

L’accueil républicain a eu lieu au garage Beyou Volkswagen à Lannion, où nous avons parlé du partenariat avec la Mission locale « En Route vers l’Emploi ». Initié à Guingamp, ce projet a été développé à Lannion récemment. La concession met à disposition de la Mission locale un véhicule destiné aux jeunes qu’elle accompagne, pour favoriser leur mobilité vers l’emploi. En contrepartie, la mission locale met à disposition de Volkswagen des intérimaires plusieurs fois par an lors des temps forts. Ainsi, pour 2€ par jour, les jeunes sont mobiles et peuvent se rendre sur leur nouveau lieu de travail, le déplacement n’est plus un frein.

Le Bon Cap

Nous avons poursuivi le déplacement au GEM Le Bon Cap. Ce Groupe d’Entraide Mutuel créé du lien social en venant en aide aux personnes en difficulté. Il met en place des ateliers ainsi que des activités diverses et propose des aides personnalisées pour les personnes en détresse psychologique. Ce temps d’échange a été l’occasion d’évoquer les difficultés grandissantes depuis un an qui touchent tous les publics, et depuis la crise sanitaire, les étudiants. Une de leur dernière initiative est la mise en place du Plan B. Il s’agit d’un lieu éphémère et solidaire à destination des personnes fragilisées psychologiquement. Ainsi, le but est de recréer du lien social, fragilisé par la pandémie. Il dispose aussi de deux magasins, disponibles via une adhésion d’1 euro. Le Bon Cap compte poursuivre dans cette voie solidaire par la création d’un conseil local de la santé mentale, mais aussi par la dispense de formations de premiers secours en santé mentale afin que les personnes puissent identifier les premiers signes d’une dépression.

Comme l’a dit la ministre Élisabeth Moreno :  » L’égalité des chances, c’est offrir les mêmes opportunités à tous, partout sur le territoire. « 

Plus d’informations sur Le Plan B, Le Bon Cap, et le partenariat En Route vers l’Emploi

Le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires va bénéficier à l’entreprise Œufs d’Armor dans le cadre du programme France relance.

Ce fonds d’accélération, ce sont environ 300 millions d’euros mobilisés par l’État et les régions au service de la région. En Bretagne, 33 projets sont lauréats de ce fonds dans le cadre de la deuxième vague. Ce sont donc 12,3 millions d’euros mobilisés par France relance. 76,6 millions d’euros d’investissements productifs à l’échelle de la région. 

Ils permettront aux entreprises concernées de diversifier leur activité, de moderniser leurs procédés de fabrication ainsi que de pérenniser leur présence en Bretagne avec la création de 709 emplois. Œuf d’Armor, basée à Rospez, pourra ainsi développer son activité et la pérenniser. Quand l’action nationale s’inscrit dans un développement territorial afin de préserver son industrie.

Le dossier de presse sur le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires

22 nouveaux projets de relocalisation lauréats dans le secteur électronique

À l’occasion de son déplacement ce jour dans l’entreprise Axon Cable dans la Marne, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a annoncé les 17 premiers lauréats du dispositif « Chaleur Biomasse » ainsi que 16 nouveaux lauréats du dispositif « Efficacité Energétique » opérés par l’ADEME. Ces projets s’inscrivent dans les 1,2 milliards d’euros consacrés à la décarbonation de l’industrie du plan « France Relance ». Au total, et en incluant les 16 précédents projets annoncés le 17 décembre 2020, France Relance soutient d’ores et déjà 49 projets représentant 596 millions d’euros d’investissements dans la décarbonation de l’industrie française au travers d’un soutien public s’élevant à 224 millions d’euros. Ils permettront une réduction globale de 743 000 tonnes de CO2eq par an des émissions de l’industrie française.

 Agnès Pannier-Runacher a déclaré à cette occasion : « Grâce à France Relance, la décarbonation de l’industrie s’accélère, avec des projets concrets et ancrés dans les territoires qui vont permettre de réduire significativement les émissions de CO2 des sites les plus émetteurs de France. Aux côtés des filières industrielles françaises, nous relevons ainsi le défi climatique, tout en préservant les emplois et les sites de production. En améliorant significativement notre performance environnementale, nous donnons encore plus de crédit à notre stratégie de relocalisation et réconcilions écologie et économie ».

En Côtes-d’Armor, c’est l’entreprise Keopsys Industries basée à Lannion qui bénéficiera de ce plan de relance avec son projet « ARCOL ». Ce dernier vise à conduire une ligne pilote de fabrication de composants optoélectroniques. À terme, il permettra de réduire la dépendance de l’entreprise vis-à-vis des fournisseurs étrangers les plus critiques, tout en renforçant sa compétitivité. Ainsi, en centralisant et localisant ses moyens de productions, Keopsys réduit sa consommation de CO2 tout en consolidant sa position par moins d’interdépendance. Nous pouvons nous féliciter de l’engagement climatique des entreprises locales ainsi que leur volonté de s’affirmer en tant qu’entreprise le plus autonome possible.