Pour Éric Bothorel, le Trégor a su tirer parti du Plan de relance

Lire l’article sur le site du Télégramme.

Éric Bothorel, député de la circonscription Lannion-Paimpol, est revenu ce vendredi matin sur les aides financières reçues par des entreprises du Trégor-Goëlo dans le cadre du Plan de relance.
Lors d’un rendez-vous avec la presse, le député Éric Bothorel a présenté un premier bilan pour la circonscription des retombées du Plan de relance.
Lors d’un rendez-vous avec la presse, le député Éric Bothorel a présenté un premier bilan pour la circonscription des retombées du Plan de relance. (Le Télégramme/Morvan Léon)

« Malgré les élections qui approchent, mon mandat n’est pas terminé et l’Assemblée nationale continue de travailler », a tenu à préciser Éric Bothorel, député LREM de la circonscription Lannion-Paimpol, en préambule du point presse de rentrée qu’il organisait vendredi. Le député est revenu sur les apports du Plan de relance, financé par l’État et l’Union européenne, à l’échelle locale : « Les entreprises du Trégor-Goëlo ont saisi l’opportunité que représente le plan de relance. Au 10 septembre, ce sont 500 entreprises de la circonscription qui en bénéficient, pour un montant de près de 40M€, dont 10 millions sur des projets liés à l’environnement. Je connais beaucoup des dossiers présentés et certaines entreprises bénéficiaires m’ont affirmé que ces financements allaient leur permettre de gagner trois ou quatre ans sur leurs prévisions de développement ».

Mission d’étude sur les hôpitaux

Sur le terrain de la santé et du secteur hospitalier, le député est revenu sur la mission Rossetti, du nom de l’expert en santé publique mandaté par l’Agence régionale de la santé (ARS) pour étudier la situation des hôpitaux de Lannion-Trestel, Tréguier et Paimpol. « Cela suscite des craintes, mais ça va prendre du temps. L’idée n’est pas de faire moins dans les hôpitaux, mais de faire mieux. Et ce, dans les conditions démographiques nationales que l’on connaît : de plus en plus de demande de soins, et de moins en moins de soignants. On a des postes non pourvus d’infirmières et d’aides-soignants, il faut rendre attractifs les métiers de l’hôpital et le salaire ne fait pas tout. »

Dégradations à Paimpol

Enfin, sur le terrain de la sécurité, le député se rend lundi à Paimpol, où la mairie et des véhicules ont fait l’objet de dégradations cet été. Selon Éric Bothorel, « ce n’est pas parce que ce ne sont que des dégâts matériels que ce n’est rien, et les auteurs des faits seront poursuivis ».

Visitez le site du Télégramme.

Voir les autres articles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.