Mes actions de la première quinzaine de juin

Je me suis déplacé à Brest afin d’évoquer le Service public de la donnée. Très belle séquence de travail cet après-midi à Brest sur le Service public de la donnée. Nous avons eu des débats denses avec Axelle Lemaire JF Marchandise Crédit Mutuel Arkea et Ifremer. Merci aux équipes de Brest Métropole de nous avoir impliqués avec civitéo et Jacques Priol. des échanges constructifs et dynamiques.

Je me suis rendu à la Cité des Télécoms de Pleumeur-Bodou ainsi qu’à la Fondation Orange afin d’assister à leurs travaux et d’échanger sur l’avenir du numérique et des Télécoms. Ce fut l’occasion d’évoquer l’arrivée de la 5G dans les Côtes-d’Armor, les nouvelles technologies, les problématiques environnementales liées aux nouvelles installations, et nous avons achevé ça par une agréable visite du Musée des Télécoms où j’ai pu découvrir les nouvelles activités proposées. Je leur souhaite une excellente réouverture.

L’AFPA de Langueux m’a accueilli fin que je puisse rencontrer les personnes impliquées dans le programme 1jeune 1solution. Merci à l’AFPA et toutes celles et ceux qui les accompagnent, les remobilisent. Quand les jeunes parlent d’avenir en retrouvant le sourire, c’est l’espoir qui renait.

J’ai rencontré les organisations syndicales de Nokia. Nous prenons acte de l’exécution du plan social, et j’exprime ma vive préoccupation sur la faiblesse des recrutements à date, constitutifs du projet de pôle cyber annoncé fin 2020. Je demanderai à rencontrer la direction. Je maintiens mes engagements.

Le soutien financier de l’Etat au projet 5G « EURO-CDIC » de Nokia contribuera à la création de 97 emplois supplémentaires à Lannion

Ce mardi 9 février, le gouvernement a présenté la deuxième vague des projets éligibles au soutien financier de l’Etat dans le cadre du plan France Relance. Le projet « EURO-CDIC » de Nokia à Lannion fait partie des 34 lauréats de ce plan. 

Par cette décision, le gouvernement reconnait une nouvelle fois le dynamisme de notre écosystème numérique, en particulier sur les technologies clés de la 5G et de la cybersécurité, tout en confortant la localisation d’activités industrielles stratégiques et dynamisant la création d’emplois dans le Trégor. 

Ce projet cible la sécurisation des réseaux de télécommunication, un enjeu fort pour les réseaux 5G, de plus en plus virtualisés et particulièrement sensibles aux attaques cyber. C’est aussi la perspective d’une création de 97 emplois à Lannion d’ici 2020. L’Etat soutiendra, pour ce faire, la création d’un centre européen d’expertise technologique R&D « cybersécurité des réseaux », qui aura notamment vocation à proposer des services de consulting aux clients français et européens. Il permettra également aux technologies liées à la 5G de croître en leur offrant une solution de sécurisation rapidement commercialisable. 

Après IRT-BCOM, Qualcomm et AKKA, les bonnes nouvelles se multiplient pour notre territoire. Il faut se féliciter qu’une entreprise basée à Lannion, Nokia, bénéficie directement de notre stratégie de reconquête industrielle. C’est la preuve de l’attractivité du Trégor et la promesse de nouveaux emplois. C’est aussi la reconnaissance de notre savoir-faire et l’affirmation de Lannion comme un lieu central pour la R&D des télécommunications du futur. Comme il s’y était engagé, l’État finance le projet, c’est maintenant le rôle de Nokia de procéder au recrutement au plus vite. 

Visite d’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie

J’ai eu le plaisir d’accueillir la ministre déléguée en charge de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher dans le Trégor. L’industrie dans ce qu’elle offre comme opportunités, dans ce qu’elle connait de certaines difficultés, a été au coeur de nos échanges avec les acteurs et les élus locaux.

Twitter/ebothorel

Lundi 27 juillet 2020, « il n’est pas question de laisser Lannion mourir à petit feu », déclaration de la ministre Agnès Pannier-Runacher sur CNEWS au matin même de sa venue à Lannion. Un déplacement réactif suite à l’annonce d’un plan social par le groupe finlandais NOKIA portant sur 1233 suppressions d’emploi en France, dont 402 sur le site de Lannion.

13h25 : arrivée de la ministre Agnès Pannier-Runacher à Lannion
13h30 : Echanges avec les élus du territoire
15h : Echanges avec les organisations syndicales
16h35 : Séquence à la rencontre des salariés de Nokia
17h : Visite de LUMIBIRD

Nous y sommes accueillis par son PDG, Marc Le Flohic. Lumibird, le champion européen du Laser, est un groupe installé à Lannion qui ne cesse d’innover, de concevoir dans plusieurs domaines d’activité : la santé, La défense, le spatial.

Juillet : Temps Forts

Lundi 6 Juillet :

J’ai accueilli à ma permanence de Lannion le syndicat Alliance Police Nationale, la profession a fait face lors des récents événements, il faut renforcer les équipes pour leur permettre de remplir leurs missions, j’y suis attaché et je ne manquerai pas d’évoquer ce sujet avec le Ministre de l’Intérieur.

Samedi 4 Juillet :

J’étais à la manifestation contre les suppressions de postes chez Nokia, aux côtés des acteurs de l’écosystème trégorois. Cette décision est inacceptable et nous nous battrons pour que les emplois soient préservés.

J’ai répondu à l’appel des agriculteurs pour évaluer sur place les dégâts du Choucas des tours sur les exploitations. Je me suis adressé aux agriculteurs ainsi : » On tâtonne, on doit aller plus vite. Je comprends votre impatience. Il faut qu’on arrive à un résultat, plutôt qu’à des annonces !« 

Suppression d’emplois chez Nokia : un contre-sens de l’histoire qui doit être revu de toute urgence

Ce lundi 22 juin, le groupe Nokia a annoncé aux instances représentatives du personnel son intention de supprimer 1.233 postes sur ses sites de Nozay et Lannion.

À Lannion, 402 postes seraient concernés, ce qui correspond à une division par deux du centre de compétences mondiales dans le domaine de la cybersécurité. Ce plan, d’une ampleur sans précédent, est un contre-sens historique et technologique qui ne saurait être accepté. 

Pour la première fois, la recherche et développement (R & D) n’est pas épargnée, en contradiction totale avec les engagements pris par Nokia en 2016 lors du rachat d’Alcatel-Lucent. Le groupe promettait alors de maintenir les effectifs français pendant deux ans et de recruter 500 personnes en R & D pour constituer un pôle de recherche central, notamment sur la 5G.

Les difficultés de l’équipementier sur la 5G ne sauraient le conduire à se priver de ses talents de Nozay et Lannion, sauf à acter définitivement un échec et se désengager du marché français sous couvert d’un projet de rationalisation de ses activités.

Cette décision inacceptable doit être revue de toute urgence, et je prendrai toute la part qui me revient dans les discussions à venir pour trouver une issue positive. 

A défaut, et sans défaitisme ni résignation prématurée, j’ai la solide conviction que l’écosystème trégorois saura s’appuyer sur ses jeunes pousses, TPE-PME et grandes entreprises pour consolider l’excellence de ses filières numérique et photonique. Son attractivité, reconnue de tous, reste soutenue par de très nombreux atouts qui ne se résument pas à la présence d’une seule entreprise.

crédit photo