Plan de relance : MaPrimeRénov’ est désormais ouverte à tous les propriétaires occupants et tous les syndicats de copropriétaires

Depuis son lancement le 1er janvier 2020, MaPrimeRénov’ rencontre un véritable succès auprès des Français, plus de 190 000 demandes ont été déposées en 2020. MaPrimeRenov’ permet aux propriétaires de réaliser des travaux de rénovation énergétique, pour améliorer le confort de leur logement et réduire leur facture énergétique, tout en agissant concrètement sur le climat en rejetant moins de gaz à effet de serre.

Une aide accessible à tous, qui s’adapte à la situation de chacun et qui favorise les rénovations ambitieuses

MaPrimeRénov’ est destinée à encourager les ménages à réaliser des travaux de rénovation énergétique de leur logement. Le montant de l’aide est calculé en fonction des revenus des bénéficiaires, selon quatre catégories de revenus, et des gains énergétiques permis par les travaux. Grâce à France Relance, MaPrimeRénov’ devient la principale aide de l’Etat à la rénovation énergétique. Elle est désormais ouverte à tous les propriétaires, quels que soient leurs revenus, qu’ils soient occupants ou bailleurs, ainsi qu’à tous les copropriétaires. Elle a pour objectif de financer la rénovation de 400 à 500 000 logements par an et bénéficie pour cela d’une enveloppe budgétaire supplémentaire de 2 milliards d’euros pour 2021 et 2022.

Tous les propriétaires occupants et les copropriétaires peuvent désormais déposer leur demande

À compter du lundi 11 janvier, les propriétaires occupants nouvellement éligibles (ménages intermédiaires et supérieurs), ainsi que tous syndicats de copropriétaires, peuvent déposer leur dossier de demande d’aide sur maprimerenov.gouv.fr. Les propriétaires bailleurs pourront le faire à partir de juillet 2021.

En Côtes-d’Armor, 1.637 demandes de dossiers MaPrimeRénov’ ont été acceptés. Un engagement citoyen et environnemental conséquent au service de la relance et de la transition écologique.

Prolongation de l’éligibilité des factures d’aide à la numérisation pour les TPE PME

Dans le cadre du plan de soutien à la numérisation des commerçants, des artisans et des professionnels libéraux, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises ont confié, en janvier 2021, à France Num, initiative gouvernementale pour la transformation numérique des entreprises pilotée par la Direction générale des Entreprises, la mise en place d’une aide numérique de 500 euros destiné à couvrir des coûts de numérisation pour les TPE fermées administrativement lors du second confinement et les hôtels. Cette aide a déjà été sollicitée par 27 000 entreprises.

Pour permettre à un maximum d’entreprises de bénéficier du dispositif, et au regard de l’actualité sanitaire, la période d’éligibilité des factures est prolongée jusqu’au 30 juin et cette aide est étendue à toutes les entreprises de moins de 11 salariés, tout secteur d’activité confondu.

Ce chèque numérique répond à un réel besoin des petites entreprises de se doter d’outils numérique pour la poursuite et la relance de leur activité. Il participe à accompagner la transformation numérique des entreprises, qui est l’un des enjeux prioritaires du plan de relance.

Les entreprises ont désormais la possibilité de présenter une facture datée jusqu’au 30 juin 2021 au lieu du 31 mars initialement.

Pour rappel, cette aide prend en charge tout ou partie des coûts liés à une démarche de numérisation concernant la vente ou la promotion, la gestion de l’entreprise ou encore la relation clients.

Pour bénéficier de cette aide, les entreprises devront justifier, à l’aide d’une ou plusieurs factures, avoir engagé des dépenses de numérisation à hauteur de 450 euros minimum, et ce entre le 30 octobre 2020 et le 30 juin 2021.

Les informations portant sur les conditions d’éligibilité à l’aide et le téléservice de dépôt de dossiers se trouvent à l’adresse suivante : cheque.francenum.gouv.fr.

Le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires va bénéficier à l’entreprise Œufs d’Armor dans le cadre du programme France relance.

Ce fonds d’accélération, ce sont environ 300 millions d’euros mobilisés par l’État et les régions au service de la région. En Bretagne, 33 projets sont lauréats de ce fonds dans le cadre de la deuxième vague. Ce sont donc 12,3 millions d’euros mobilisés par France relance. 76,6 millions d’euros d’investissements productifs à l’échelle de la région. 

Ils permettront aux entreprises concernées de diversifier leur activité, de moderniser leurs procédés de fabrication ainsi que de pérenniser leur présence en Bretagne avec la création de 709 emplois. Œuf d’Armor, basée à Rospez, pourra ainsi développer son activité et la pérenniser. Quand l’action nationale s’inscrit dans un développement territorial afin de préserver son industrie.

Le dossier de presse sur le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires

Inclusion numérique : France Relance en faveur des aidants numériques

Actuellement, 13 millions de français sont éloignés du numérique. Nous devons donc oeuvrer à les accompagner dans la transition numérique. L’inclusion numérique passe par la formation et l’outillage des aidants numériques. Ainsi, dans le cadre du programme France relance pour l’inclusion numérique, 10 millions d’euros sont consacrés à ce volet.

Cette enveloppe est dédiée à la formation et au déploiement sur le territoire de 4.000 conseillers numériques France Services. Cela créera une dynamique de proximité dans l’accompagnement au numérique. Aussi, il s’agira de généraliser l’outil Aidants Connect. Il sécurise juridiquement et techniquement l’opération par laquelle un accompagnateur professionnel réalise une démarche administrative pour le compte d’un usager. Cette enveloppe servira aussi au financement d’une journée et demi de formation pour tous les aidants connectés habilités. De plus, c’est le financement des outils de la galaxie PIX. Ils ont pour but d’évaluer, de développer et de certifier les compétences numériques des aidants dans une perspective de formation et d’amélioration. Enfin, il y aura un soutien financier pour la mise en place de formations certifiantes et non-certifiantes des médiateurs numériques. C’est donc un travail de professionnalisation et de valorisation de ce métier essentiel à l’inclusion numérique.

L’inclusion numérique, plus qu’une avancée dans la transition numérique, est vecteur de lien social, de rapprochement et d’inclusion des isolés.

En savoir plus sur l’aide et l’outillage des aidants connectés.

Le dossier de presse

Le numérique du quotidien au coeur du plan de relance.

22 nouveaux projets de relocalisation lauréats dans le secteur électronique

À l’occasion de son déplacement ce jour dans l’entreprise Axon Cable dans la Marne, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a annoncé les 17 premiers lauréats du dispositif « Chaleur Biomasse » ainsi que 16 nouveaux lauréats du dispositif « Efficacité Energétique » opérés par l’ADEME. Ces projets s’inscrivent dans les 1,2 milliards d’euros consacrés à la décarbonation de l’industrie du plan « France Relance ». Au total, et en incluant les 16 précédents projets annoncés le 17 décembre 2020, France Relance soutient d’ores et déjà 49 projets représentant 596 millions d’euros d’investissements dans la décarbonation de l’industrie française au travers d’un soutien public s’élevant à 224 millions d’euros. Ils permettront une réduction globale de 743 000 tonnes de CO2eq par an des émissions de l’industrie française.

 Agnès Pannier-Runacher a déclaré à cette occasion : « Grâce à France Relance, la décarbonation de l’industrie s’accélère, avec des projets concrets et ancrés dans les territoires qui vont permettre de réduire significativement les émissions de CO2 des sites les plus émetteurs de France. Aux côtés des filières industrielles françaises, nous relevons ainsi le défi climatique, tout en préservant les emplois et les sites de production. En améliorant significativement notre performance environnementale, nous donnons encore plus de crédit à notre stratégie de relocalisation et réconcilions écologie et économie ».

En Côtes-d’Armor, c’est l’entreprise Keopsys Industries basée à Lannion qui bénéficiera de ce plan de relance avec son projet « ARCOL ». Ce dernier vise à conduire une ligne pilote de fabrication de composants optoélectroniques. À terme, il permettra de réduire la dépendance de l’entreprise vis-à-vis des fournisseurs étrangers les plus critiques, tout en renforçant sa compétitivité. Ainsi, en centralisant et localisant ses moyens de productions, Keopsys réduit sa consommation de CO2 tout en consolidant sa position par moins d’interdépendance. Nous pouvons nous féliciter de l’engagement climatique des entreprises locales ainsi que leur volonté de s’affirmer en tant qu’entreprise le plus autonome possible.