Précisions pour les mesures du dispositif renforcé en vigueur pour les 4 prochaines semaines

La garde des enfants des personnels prioritaires :

Conformément à l’intervention du Président de la République et pour faciliter la continuité des services de santé notamment, vous trouverez en pièce-jointe la liste des professionnels qui peuvent émarger aux services de garde d’enfants.

  • Les parents pouvant émarger au dispositif doivent répondre aux deux conditions suivantes : leur profession doit être inscrite sur cette liste et ils doivent être en défaut de solution de garde.
  • Pour les 0-3 ans, les parents peuvent exprimer leurs besoins auprès de la CAF sur le site : https://monenfant.fr/
  • Pour les enfants scolarisés, les personnels doivent se rapprocher de la direction de l’établissement scolaire habituel de l’enfant.
  • Les assistants maternels peuvent poursuivre l’accueil des enfants à leur domicile (article 36 du décret).

Dispositifs de soutien aux étudiants

Nos étudiants sont durement touchés par la crise de la Covid-19. Nombreux se trouvent dans une précarité financière ou psychologique. Nous avons donc mis en place deux dispositifs d’aides afin de mieux les accompagner dans cette crise: en effet, le repas à 1€ pour tous les étudiants sans exception permet aux étudiants dans le besoin de se nourrir à moindre frais. Aussi, le dispositif Santé Psy Étudiant permet un suivi par un psychologue intégralement pris en charge sur trois séance reconductibles.

Ces mesures témoignent de la volonté du gouvernement d’accompagner une jeunesse en difficulté. Plus que des mots, des actes forts et significatifs.

Visite des centres de vaccination de Lannion et de Pleumeur-Bodou

Aujourd’hui j’ai visité les centres de vaccination de Lannion et de Pleumeur-Bodou dans les Côtes-d’Armor. J’ai ainsi pu échanger avec les multiples acteurs de la campagne de vaccination. Nous avons parler de leurs difficultés ainsi que de leur gestion de cette campagne.

Rappelons que 55.000 doses supplémentaires de vaccins arriveront dans les Côtes-d’Armor, permettant l’accélération de la vaccination, et nous rapprocheraient de la fin de l’épidémie. Je félicite l’efficacité de ces deux centres, Pleumeur-Bodou comptabilise en moyenne 1000 vaccinations par jour et Lannion 200. Une augmentation est à prévoir. Merci au travail accompli par tout le personnel, volontaire et professionnel, déployé dans ces centres. Merci au SDIS 22, à la protection civile, aux médecins et aux infirmières, à la ville et à l’agglomération.

Je pense à ce jeune homme en études d’histoire qui, dès demain, s’inscrit à la protection civile. Cette pandémie engage les jeunes et suscite des vocations, félicitations.

Des données sur l’évolution de la pandémie et de la campagne de vaccination: Covid-Tracker

Aides et Covid-19 #3: Le Fonds de solidarité en Bretagne

Au début de la crise sanitaire, l’État a mis en place un Fonds de solidarité afin de venir en aide aux commerçants durement touchés par la Crise du Covid-19. En élargissant et en renforçant cette aide au deuxième confinement, l’État a ainsi aidé plus d’entreprises et de commerces.

L’aide touchée peut aller jusqu’à 10.000 euros et bénéficie à toutes les entreprises comportant jusqu’à 50 salariés. Cela constitue un apport conséquent au PME, TPE, micro-entreprises ou travailleurs libéraux/indépendants fortement marqués par la crise sanitaire.

Ainsi, en Bretagne, 236 780 000 euros de ce Fonds de solidarité sont reversés aux entreprises bretonnes en difficulté. Nous pouvons nous féliciter de soutenir les commerçants locaux. De les accompagner dans cette épreuve. Plus que des mots, des actes et des résultats.

Plus d’informations sur le Fonds de solidarité ici.

Plus d’informations sur les autres aides ici et .

Covid-19 : Assouplissement du protocole sanitaire pour les entreprises

Le ministère du Travail a publié, le mercredi 24 juin, une nouvelle version du protocole national de déconfinement en entreprise, qui assouplit les règles applicables sur les lieux de travail tout en respectant les consignes sanitaires actuelles.

Ce protocole se substitue au précédent, mis en ligne le 3 mai dernier, ainsi qu’aux 90 guides métiers élaborés par le ministère, les autorités sanitaires, branches professionnelles et partenaires sociaux.

La situation sanitaire est en voie d’amélioration significative. Si cette situation permet d’envisager un assouplissement des conditions sanitaires de l’activité, elle ne doit pas conduire à relâcher la vigilance face à un risque épidémique qui subsiste.

Le nouveau protocole national de déconfinement assouplit les règles applicables sur les lieux de travail et facilite le retour à la normalité de l’activité économique, tout en respectant les consignes sanitaires actuelles fixées par le Haut Conseil de la Santé publique 

1) Le respect des gestes barrières et de la distanciation physique est le cœur des mesures de protection des salariés.

  • Le respect d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes devient la norme ; la jauge des 4 m2 est désormais un simple outil qui reste proposé à titre indicatif.
  • En cas de difficulté à respecter cette distance d’un mètre, le port du masque est obligatoire pour le salarié.
  • Le salarié porte un masque lorsqu’il est amené à être en contact à moins d’un mètre d’un groupe social constitué librement de personnes qui ne portent pas de masque.

2) Le télétravail n’est plus la norme, mais il reste une solution à privilégier dans le cadre d’un retour progressif à une activité plus présentielle, y compris alternée.

3) Les personnes à risque de forme grave de Covid-19, qui ne bénéficient pas d’un certificat d’isolement, doivent pouvoir télétravailler ou bénéficier de mesures adaptées de protection renforcée.

4) Une attention particulière doit être portée par l’employeur dans l’application des mesures auprès des travailleurs détachés, saisonniers ou à contrat de courte durée.

5) Le protocole précise les consignes de prévention des risques de contamination manu-portée ainsi que d’aération ou encore d’élimination des déchets.

6) Le protocole rappelle la conduite à tenir en cas de salariés présentant des symptômes de Covid-19.

Ce nouveau protocole a vocation à être déployé dans l’ensemble des entreprises dans le cadre d’un dialogue social de proximité.

Crédit photo