Côtes-d’Armor. Réserves d’eau : le député Éric Bothorel appuie les maraîchers

Le député de la circonscription Lannion-Paimpol (Côtes-d’Armor) est favorable à la création de réserves d’eau pour la zone légumière. Il appuiera les demandes, ainsi qu’il l’a déclaré lors de son point presse de rentrée.

Lire l’article sur le site de Ouest France.

Éric Bothorel, député de la 5e circonscription des Côtes-d’Armor, a questionné le ministre délégué sur la question du logement. Celui-ci devrait se déplacer dans la région en novembre.
Éric Bothorel, député de la 5e circonscription des Côtes-d’Armor, a questionné le ministre délégué sur la question du logement. Celui-ci devrait se déplacer dans la région en novembre. | OUEST-FRANCE

Afficher le diaporamaOuest-France Renée-Laure EUZEN.Publié le 17/09/2022 à 14h49

Éric Bothorel, député Renaissance de la circonscription Lannion-Paimpol (Côtes-d’Armor), fait le point sur les dossiers de la rentrée.

Depuis cet été, les Côtes-d’Armor sont au plus haut niveau d’alerte sécheresse. Cela vous préoccupe ?

On a atteint très tôt le plus haut niveau sécheresse, qui a eu et a toujours des conséquences sur certaines activités. On n’en est pas sorti aujourd’hui. La question est prégnante pour les agriculteurs, notamment ceux de la zone légumière du Trégor-Goëlo. On ne peut pas les laisser sans eau. Je suis favorable à leur demande de réserves d’eau, à l’exemple des « bassines » D’autant que la zone légumière n’est pas la plus gourmande en eau par rapport à d’autres cultures.

L’autre sujet du moment, c’est celle du coût de l’énergie, et de l’approvisionnement.

Concernant le coût, le gouvernement a mis des mesures en place pour les particuliers. La question se pose aussi pour le monde économique, où les situations sont hétérogènes. Là aussi, un bouclier tarifaire va être instauré pour les communes de moins de dix agents et les entreprises de moins de dix salariés. Pour les entreprises de plus grande taille, il va falloir travailler en mode « agile » avec la préfecture et la CCI pour regarder comment les accompagner au mieux.

Après l’intervention de Noël Le Graët pour sauver la maternité de Guingamp, quelles suites aura le rapport Rossetti (1) ?

Noël Le Graët ne gérera pas les conséquences… La quasi-totalité de la communauté médicale ne comprend pas qu’on puisse contester la problématique de la permanence des soins. C’est presque un but contre son camp qu’il a marqué, mais on va faire avec. Pour ma part, ma seule préoccupation, c’est que tous les financements fléchés pour le centre hospitalier Lannion-Trestel dans le cadre du Ségur investissement arrivent rapidement. Je pense à Kergomar ou à la balnéo de Trestel. Je serai intraitable là-dessus, quel que soit le scénario.

Concernant le logement, faut-il placer la Bretagne en dispositif « zone tendue »ainsi que le demandent certains collectifs ?

Des choses existent déjà, et les maires disposent d’outils fiscaux. Si on me démontre que la zone tendue peut régler le problème, j’y serai favorable. Pour l’instant, je pense qu’il est nécessaire d’établir un diagnostic précis de la situation. La problématique du logement sera ma feuille de route pour cet automne. Il faut poser les bases de solutions propres à la Bretagne.

(1) Ce rapport, destiné à proposer une évolution du projet médico-soignant partagé du Groupement hospitalier de Territoire d’Armor et de ses projets immobiliers, préconise notamment le rapprochement entre l’hôpital de Lannion et la polyclinique du Trégor.

Lire l’article sur le site de Ouest France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.