Visite des centres de vaccination de Lannion et de Pleumeur-Bodou

Aujourd’hui j’ai visité les centres de vaccination de Lannion et de Pleumeur-Bodou dans les Côtes-d’Armor. J’ai ainsi pu échanger avec les multiples acteurs de la campagne de vaccination. Nous avons parlé de leurs difficultés ainsi que de leur gestion de cette campagne.

Rappelons que 55.000 doses supplémentaires de vaccins arriveront dans les Côtes-d’Armor, permettant l’accélération de la vaccination, et nous rapprocheraient de la fin de l’épidémie. Je félicite l’efficacité de ces deux centres, Pleumeur-Bodou comptabilise en moyenne 1000 vaccinations par jour et Lannion 200. Une augmentation est à prévoir. Merci au travail accompli par tout le personnel, volontaire et professionnel, déployé dans ces centres. Merci au SDIS 22, à la protection civile, aux médecins et aux infirmières, à la ville et à l’agglomération.

Je pense à ce jeune homme en études d’histoire qui, dès demain, s’inscrit à la protection civile. Cette pandémie engage les jeunes et suscite des vocations, félicitations.

Des données sur l’évolution de la pandémie et de la campagne de vaccination: Covid-Tracker

Visite d’Endro et d’Odycea

Ce matin, j’ai visité les entreprises Endro et Odycea. Ces entreprises de cosmétique ont pour point commun de joindre l’innovation dans ce domaine à une volonté de produits durables et locaux. Une visite intéressante où j’ai eu l’occasion d’échanger avec les créateurs de ces produits.

Je me félicite de voir, qu’au-delà du numérique, Lannion et le Trégor sont des zones où nos jeunes talents font émerger des savoirs faire et des produits en lien avec des problématiques globales : le bien-être, l’environnement, la production et consommation responsable en proposant des produits simples, naturels et efficaces. 

N’hésitez pas à consulter leurs sites internets et réseaux sociaux.

Endro & Odycea

Signature de l’accord d’orientation stratégique État-Région pour la mise en oeuvre du plan de relance en Bretagne

Ce 18 février 2021, à Callac (Côtes d’Armor), Emmanuel Berthier, préfet de la région Bretagne, et Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne, ont signé, en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, l’accord d’orientation stratégique État-Région pour la mise en oeuvre du plan de relance en Bretagne et ont, à cette occasion, validé les orientations du futur contrat de plan (CPER) 2021-2027. 

Au total, ce sont plus de 3,4 milliards d’euros qui seront mobilisés pour la Bretagne et ses habitants sur la période 2021-2027, dont plus d’1 milliard d’euros au titre de la relance. 

En cohérence avec le contrat d’action publique pour la Bretagne et le pacte d’accessibilité de février 2019, l’accord, signé ce 18 février 2021 entre le préfet de la région Bretagne, Emmanuel Berthier, et le président du Conseil régional, Loïg Chesnais-Girard, traduit ainsi leur engagement commun de maintenir dans la durée un niveau d’investissement et d’ambition élevé, en réponse aux 5 défis majeurs auxquels est confrontée la Bretagne : 

• la géographie péninsulaire
• le développement économique et social

• l’équilibre territorial
• les transitions écologiques
• la cohésion sociale. 

Il s’inscrit en complément des mesures d’urgence mises en place par l’État et la Région, au service du maintien de l’activité, du soutien aux entreprises, aux acteurs et aux personnes les plus fragilisés par la crise. 

Ainsi à Lannion, Cristalens Industries percevra 850.000 euros afin d’opérer des investissements industriels destinés à augmenter les capacités de production. L’investissement national dans des projets locaux est à saluer, cela renforce l’attractivité territoriale, le développement industriel et économique de notre région. 

France Relance : Dans le Trégor, deux projets lauréats des fonds de modernisation et de diversification des filières automobile et aéronautique

Ce mardi 16 février, les ministres Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher ont annoncé 205 nouveaux projets bénéficiaires des fonds de soutien à la modernisation et à la diversification des filières automobile et aéronautique, pour un financement de l’Etat de plus de 174 millions d’euros, dont deux projets dans la 5ème circonscription des Côtes d’Armor.

À Cavan, c’est le projet de ST Industries, usineur en mécanique et mécatronique, qui bénéficiera de ce soutien public afin de lui permettre d’intégrer au sein de ses ateliers des nouvelles technologies du numérique dans une logique d’industrie du futur (cobotisation, réalité augmentée, cybersécurité).

À Rospez, c’est l’entreprise Prolann, spécialisée dans l’usinage de haute précision pour l’aéronautique défense, qui sera soutenue dans sa diversification vers des activités à haute valeur ajoutée (usinage du verre, des céramiques et matériaux durs) et son développement d’une capacité d’adaptation des machines-outils aux besoins de ses clients.

Ces annonces s’inscrivent dans la continuité de la mise en œuvre du plan France Relance qui, depuis son lancement en 2020, a conduit l’État à engager plus de 431 millions d’euros au profit de 492 projets lauréats, qui représentent désormais un investissement industriel de plus d’un milliard d’euros à l’échelle nationale.

Eric Bothorel, Député des Côtes d’Armor : « Je me félicite de la bonne appropriation de ces mesures par nos entreprises, qui profitent directement à la modernisation et à la compétitivité de l’industrie trégoroise. Je salue le soutien de l’Etat qui, conjugué aux forces vives de notre territoire, nous permettra de sortir de la crise par le haut, de consolider nos compétences et de poursuivre le développement de chaînes de valeurs stratégiques pour préparer l’avenir. Ces PME et ETI industrielles font la fierté du Trégor et constituent un maillon essentiel de son attractivité, que nous continuerons à soutenir sans relâche. »

Parlement des enfants : rencontre avec les CM2 de l’école de Trévou-Tréguignec

Ce matin, j’ai eu l’occasion de rencontrer les élèves de CM2 de l’école de Trévou-Tréguignec. Dans le cadre du Parlement des enfants, nous devions échanger sur le projet de loi qu’ils ont écrit sur les légumes de saison et l’effet de serre. Mais c’était aussi l’occasion de leur en apprendre plus sur ma vie de parlementaire.

Le Parlement des enfants est un moyen d’initier l’avenir de notre pays à la vie civique et citoyenne, à les impliquer dans les enjeux politiques contemporains. J’ai pu ainsi rencontrer une jeunesse vigoureuse, curieuse, réfléchie. Un moment d’échange agréable, constructif et ludique.

L’article du Télégramme à ce propos.