22/6 sur France Info : Suppressions de postes chez Nokia

Le Lundi 22 Juin, j’était interviewé par France Info suite à l’annonce de la suppression de près de 400 postes sur le site de NOKIA Lannion, « Incompréhensible ». J’affirme mon soutien auprès des syndicats contre cette décision injustifiée.

Co-signature du courrier concernant la réouverture des plages

Le 29 Avril, je co-signais avec mes 57 collègues députés une lettre adressée au Premier Ministre ainsi qu’au Ministre des Sports demandant la réouverture des plages. Voici le contenu du courrier :

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre,

Nous avons écouté avec attention le discours du Premier Ministre prononcé le 28 avril devant l’Assemblée nationale sur la stratégie nationale du plan de déconfinement dans le contexte de la lutte contre l’épidémie Covid-19.

Vous avez déclaré, Monsieur le Premier Ministre, que la vie sociale va reprendre progressivement et qu’ « il sera possible, les beaux jours aidant, de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air, en dépassant évidemment la barrière actuelle du km et en respectant les règles de distanciation physique ». Nous approuvons cette mesure qui répond au besoin et à la nécessité de la pratique physique et sportive pour la santé et le bien-être de nos concitoyens.

Nous souhaitons cependant attirer votre attention sur le maintien de l’inaccessibilité des plages au public au moins jusqu’au 1er juin alors que vous levez l’interdiction pour les parcs et jardins dans les départements où le virus ne circule pas de façon active, de même que vous autorisez la réouverture des médiathèques, bibliothèques et petits musées dès le 11 mai.

Les espaces naturels sont propices à la distanciation physique. De nombreuses études médicales démontrent l’effet bénéfique du contact avec la nature sur la santé physique et mentale. Nous considérons que la pra- tique des activités aquatiques et nautiques y contribue largement. C’est pourquoi l’accès aux plages nous semble nécessaire pour permettre la pratique d’activités telles que le surf, le kitesurf, le kayak de mer, la voile, la nage…ainsi que le footing et la marche (nordique, aquatique). Ces activités ne sont pas statiques, peuvent se pratiquer sans proximité physique et sans présenter de risque.

Nous estimons que les départements où la circulation du virus est limitée (catégorie « vert ») sont en mesure de permettre ces pratiques en toute sécurité. Les Fédérations, Ligues, clubs et écoles du littoral ainsi que de nombreux collectifs locaux sont prêts à la mise en œuvre de ces activités en respectant le protocole sanitaire exigé pour protéger les pratiquants. Les fédérations de surf et de voile ont déjà engagé une réflexion avec l’ensemble des acteurs concernés, préfets maritimes, préfets, maires, collectivités territoriales et associa- tions locales pour faire des propositions quant aux possibilités de reprise.

La France est culturellement un pays de la plaisance et des loisirs nautiques. Nous plaidons pour un retour à l’océan et à la mer par l’autorisation de la pratique d’une activité physique responsable et citoyenne à partir du 11 mai. A l’instar de l’Australie, l’installation sur sa serviette ne serait pas autorisée. Le bord de mer sera un lieu de passage et non un espace de sédentarité, selon le concept de « plage dynamique ». Nous faisons confiance au sens des responsabilités de nos concitoyens.

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous porterez à cette demande qui est l’expression de l’attente des habitants de nos circonscriptions littorales.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre, l’expression de notre très haute considération.

Bertrand Sorre Député de la Manche

Liliana Tanguy Députée du Finistère

  • 3. Madame Coralie Dubost, Députée de l’Hérault 
  • 4. Monsieur Alain Perea, Député de l’Aude
  • 5. Madame Sereine Mauborgne, Député du Var
  • 6. Monsieur Christophe Euzet, Député de l’Hérault
  • 7. Monsieur Lionel Causse, Député des Landes
  • 8. Monsieur Patrick Vignal, Député de l’Hérault
  • 9. Monsieur Hervé Pellois, Député du Morbihan
  • 10. Madame Blandine Brocard, Députée du Rhône
  • 11. Madame Pascale Fontenel-Personne, Députée de la Sarthe
  • 12. Madame Annie Chapelier, Députée du Gard
  • 13. Madame Jacqueline Dubois, Députée de Dordogne
  • 14. Monsieur Yannick Haury, Député de Loire-Atlantique
  • 15. Monsieur François Cormier-Bouligeon, Député du Cher
  • 16. Madame Véronique Riotton, Députée de Haute-Savoie
  • 17. Madame Danièle Hérin, Députée de l’Aude
  • 18. Madame Graziella Melchior, Députée du Finistère
  • 19. Monsieur Stéphane Travert, Député de la Manche
  • 20. Monsieur Bertrand Bouyx, Député du Calvados
  • 21. Madame Emilie Guerel, Députée du Var
  • 22. Monsieur Didier Le Gac, Député du Finistère
  • 23. Madame Claire Pitollat, Députée des Bouches du Rhône
  • 24. Madame Annaïg Le Meur, Députée du Finistère
  • 25. Madame Frédérique Lardet, Députée de Haute-Savoie
  • 26. Madame Sonia Krimi, Députée de la Manche
  • 27. Madame Sandrine Le Feur, Députée du Finistère
  • 28. Monsieur Pierre Cabaré, Député de Haute-Garonne
  • 29. Madame Alexandra Valette Ardisson, Députée des Alpes-Maritimes
  • 30. Monsieur Éric Bothorel, Député des Côtes d’Armor
  • 31. Monsieur Cédric Roussel, Député des Alpes-Maritimes
  • 32. Madame Béatrice Piron, Députée des Yvelines
  • 33. Madame Marion Lenne, Députée de Haute-Savoie
  • 34. Monsieur Jean-Michel Jacques, Député du Morbihan
  • 35. Monsieur Jimmy Pahun, Député du Morbihan
  • 36. Madame Laurence Gayte, Députée des Pyrénées-Orientales
  • 37. Monsieur Stéphane Claireaux, Député de Saint Pierre et Miquelon
  • 38. Monsieur Hervé Berville, Député des Côtes d’Armor
  • 39. Madame Cécile Rihac, Députée du Val d’oise
  • 40. Monsieur Stéphane Testé, Député de Seine Saint Denis
  • 41. Monsieur Pascal Bois, Député de l’Oise
  • 42. Monsieur Christophe Di Pompéo, Député du Nord
  • 43. Madame Amélia Lakrafi, Députée des Français établi hors de France
  • 44. Monsieur Christophe Blanchet, Député du Calvados
  • 45. Madame Ramlati Ali, Députée de Mayotte
  • 46. Madame Valérie Thomas, Députée du Puy de Dôme
  • 47. Monsieur Buon Tan, Député de Paris
  • 48. Monsieur Jacques Maire, Député des Hauts de Seine
  • 49. Madame Nicole Trisse, Députée de Moselle
  • 50. Monsieur Yves Blein, Député du Rhône
  • 51. Madame Mireille Clapot, Députée de la Drôme
  • 52. Madame Laetitia Saint Paul, Députée du Maine et Loire
  • 53. Monsieur Jean-marc Zulesi, Député des Bouches du Rhône
  • 54. Madame Perrine Goulet, Députée de la Nièvre
  • 55. Madame Sophie Panonacle, Députée de Gironde
  • 56. Monsieur Joël Giraud, Député des Hautes-Alpes
  • 57. Monsieur Yannick Kerlogot, Député des Côtes d’Armor

Courrier adressé à Emmanuel Macron, Président de la République,

Copie adressée à :

  • Monsieur Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur
  • Monsieur Olivier Veran, Ministre des Solidarités et de la Santé

Crédit Photo

PASS Culture

Lancé l’an dernier sous la forme d’une web-application, le pass Culture est une plateforme qui géolocalise les offres et services culturels. Dans les quatorze départements où l’expérimentation a été initiée, près de 60.000 jeunes adultes ont déjà activé leur compte. Dotés d’un crédit de 500 euros utilisables pendant 24 mois, les bénéficiaires ont utilisé leur pass pour réserver plus de 200.000 offres, qu’il s’agisse de livres, de places de concert, de festivals, cinémas ou spectacles vivants, de disques, stages et cours de pratiques artistiques, d’instruments de musique ou de services culturels numériques. Près de 2800 professionnels de la culture se sont inscrits sur la plateforme pour proposer ces offres très diversifiées.

Ce projet gouvernemental vise à renforcer et diversifier les pratiques culturelles des jeunes Français, et à apporter à l’ensemble des acteurs culturels du territoire un nouveau canal de communication.

L’année de ses 18 ans, jusqu’à la veille de ses 19 ans, chaque jeune résidant en France pourra demander l’octroi d’une enveloppe de 500€ à dépenser pendant 24 mois sur le pass, parmi un large choix de spectacles, visites, cours, livres, musique, services numériques…

Le pass Culture est construit par et pour les utilisateurs et doit être en mesure de s’adapter à l’ensemble des réalités territoriales.

Pour répondre au mieux aux problématiques spécifiques à chaque territoire, le pass Culture est mis en oeuvre par phases, qui doivent prouver la pertinence de l’outil et permettre de l’adapter à l’ensemble des réalités.

Les départements ouverts sont les suivants :

  • Ardennes (08)
  • Bas-Rhin (67)
  • Doubs (25)
  • Guyane (973)
  • Hérault (34)
  • Nièvre (58)
  • Saône-et-Loire (71)
  • Seine-Saint-Denis (93)
  • Val-de-Marne (94)
  • Vaucluse (84)
  • l’ensemble de la région Bretagne (Côtes d’Armor – 22, Finistère – 29, Ille-et-Vilaine – 35, Morbihan – 56)

Rende vous sur le site du PASS Culture pour activer votre compte :

Lannion devient « Campus d’Excellence »

Le Campus des Métiers et des Qualifications de Lannion est lauréat du Programme d’Investissement d’Avenir « Territoire d’innovation pédagogique » et devient Campus d’excellence en numérique et photonique.

Ce résultat est l’accomplissement d’un travail collectif des acteurs du Campus, l’annonce officielle se faisait le jeudi 6 février au ministère de l’Education Nationale.

J’étais avec Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances sur le stand de Lannion pour lui faire découvrir les savoir-faire en matière de photonique et numérique de notre territoire.

L’action «Territoires d’Innovation Pédagogique» (TIP) vise à renforcer par différents moyens la capacité du système éducatif à atteindre ses objectifs fondamentaux. Pour cela, TIP finance des « démonstrateurs » de masse critique suffisante, qui ont vocation, en cas de succès, à être déployés plus largement.

Dotée d’une enveloppe de 250 millions d’euros, TIP contient 4 axes d’intervention consacrés :

  • Aux dispositifs d’orientation vers les études supérieures;
  • Aux solutions numériques pour l’orientation vers les études supérieures;
  • A la formation des enseignants et la dynamisation de la recherche en faveur de l’éducation;
  • A la constitution de campus des métiers et des qualifications.

Dans ce cadre, 4 appels à projets ont été lancés.

Le Campus des Métiers et des Qualifications de Lannion est lauréat de l’appel à projets « Campus des métiers et des qualifications » qui a pour objectif de renforcer les synergies entre les entreprises, les organismes de formation, les politiques publiques et l’évolution des territoires, notamment en décloisonnant l’action de ces différents acteurs.

Agir pour la langue bretonne, c’est le faire sérieusement et complètement !

Ober ‘vit Brezhoneg gant an doare efedus hag a-dro-vat !

La proposition parlementaire de loi N° 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion sera étudiée en séance le 13 février prochain dans la « niche parlementaire » du Groupe Liberté et Territoires auquel le député Paul Molac est rattaché. 

Elle a d’abord été étudiée hier en commission. Sur l’année parlementaire 2019-2020, 117 propositions parlementaires de loi ont été déposées à l’Assemblée nationale et seules deux ont été adoptées. Ce n’est donc pas une question de priorité qui serait donnée ou pas à la langue bretonne. Le Parlement vote et amende les lois, essentiellement proposées par l’Exécutif. C’est d’ailleurs dans ce cadre que nous avions amendé le projet de loi porté par le Ministre Blanquer pour faire avancer la question du versement du forfait scolaire pour les écoles d’enseignement bilingue en langue régionale.

Le député Molac, qui est expérimenté, sait les us et coutumes du fonctionnement parlementaire. Au travail de coproduction et de compromis, il continue de vouloir porter souvent seul ses propositions de loi. Il en a tout à fait le droit. Il conviendrait toutefois de faire l’analyse de la pertinence de cette approche et de ne pas partir du postulat qu’il aurait toujours raison seul. 

Pour autant, sur sa proposition, nous allons travailler avec les ministres concernés, nous. Notons là encore qu’une proposition de loi qui en neuf articles concerne quatre ministères, réunit toutes les conditions pour être très mal débattues. C’est le choix du député Molac.

Nous sommes assez convaincus que le travail préparatoire qui a été fait, tout particulièrement par Diwan, sur une première traduction législative des conséquences de l’inscription des langues régionales à l’article 75.1 de la Constitution, doit être soutenu. Ce le sera peut-être à travers cette proposition de loi ou dans un autre texte législatif. En la matière, seul le résultat compte pour nous.

Yannick Kerlogot et Gaël Le Bohec, tous deux députés membres de la Commissions Education et Culture, prendront des initiatives dans les prochaines semaines pour que les langues régionales soient bien un patrimoine immatériel à sauver et surtout à promouvoir. Cela nécessite un travail sérieux et conséquent que d’ouvrir un titre dans le Code du Patrimoine. Le gouvernement semble favorable, la majorité des députés aussi. Il faut donc un vrai travail législatif de coproduction avec des parlementaires, des juristes et surtout des acteurs associatifs et de l’enseignement des langues régionales et ultramarines.

Sur l’article de loi concernant le tilde et plus globalement les signes diacritiques, la Garde des Sceaux a annoncé cette semaine un projet de décret à soumettre au Conseil d’Etat. Cela nous semble plus abouti et sûr que les traductions législatives contenues dans la proposition Molac ou même dans l’amendement adopté au Sénat grâce à Michel Canevet.

Sur les articles concernant plus spécifiquement l’enseignement de la langue bretonne, nous sommes tout à fait convaincus que cela doit être fait en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, pas forcément contre lui, voire dans une visée d’en faire l’empêcheur du développement de la langue bretonne. Cela mérite étude d’impact, arguments chiffrés et aussi sérieux législatif. En effet, modifier quelques articles de la loi Falloux, vieille de 170 ans, peut difficilement se faire par une proposition de loi spécifiquement bretonne, portée par quelques-uns. Nous y travaillerons en partenariat avec le réseau Diwan et les autres réseaux d’enseignement bilingue en langue régionale, dans les prochains mois.

Ainsi, la volonté de définir par la loi ce que serait de l’enseignement bilingue en langue régionale et ce qui n’en serait pas pourrait paradoxalement aboutir à l’effet inverse escompté. Seriez-vous ravis qu’une loi dise que l’enseignement bilingue ne puisse pas être immersif ? C’est pourtant le risque que fait courir cette proposition de loi.

Qu’adviendrait-il si le Parlement adoptait un article de loi disant que la parité horaire devrait être appliquée par trimestre, par exemple.

Il y a vingt ans l’intégration de Diwan dans le service public de l’éducation a échoué sur ce sujet. Et Paul Molac est prêt, seul, sans Diwan ou les calendretas, à faire courir ce risque ? Pas nous !

Enfin, nous ne vous laisserons pas penser que la Bretagne n’est pas notre priorité, même si nous sommes élus de la Nation. Et ne pas soutenir ou que partiellement la proposition de loi Molac ne signifie nullement un quelconque désintérêt. Nous avons à cœur d’avancer concrètement, sur des articles de loi bien écrits et dont on mesure toutes les conséquences. Nous sommes donc présents et très attentifs aux questions bretonnes en général et sur celles des langues en particulier et demeurons à votre entière disposition pour coproduire de réelles avancées législatives, loin de toute velléité de se servir de la langue pour exister.

credit photo