Loi Climat : Adoption de mon amendement pour la mise en open data des données de l’affichage des informations constitutives de l’éco-score

L’article premier de la Loi Climat concerne la création d’un éco-score qui représente l’impact environnemental ou écologique des produits alimentaires. Dans une volonté de transparence et d’accès à l’information pour les consommateurs, j’ai déposé l’amendement n°5383 permettant la mise en open data de cet éco-score :

 » Lorsqu’un motif d’intérêt général le justifie et sous réserve du respect des dispositions de l’article L. 151‑1 du code de commerce, ce décret peut définir les produits et services dont des metteurs sur le marché mettent à disposition dans un format ouvert librement utilisable et exploitable par un système de traitement automatisé certaines données prises en compte dans l’affichage prévu par le présent article, les données concernées, ainsi que les critères de taille des metteurs sur le marché assujettis à cette obligation. « 

Le but de cet amendement est de permettre l’accès aux consommateurs de l’impact de ses produits afin d’avoir conscience de la portée de leurs consommations en termes d’impact carbone. Il incite aussi les producteurs à produire de manière plus respectueuse de l’environnement grâce à la notion de transparence. L’open data, au-delà de la transparence et de l’accès aux données, c’est aussi un vecteur de confiance et de communication ainsi qu’un meilleur pilotage de nos politiques par la donnée.

Le projet de Loi

La remise de mon rapport sur l’open data

Le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires va bénéficier à l’entreprise Œufs d’Armor dans le cadre du programme France relance.

Ce fonds d’accélération, ce sont environ 300 millions d’euros mobilisés par l’État et les régions au service de la région. En Bretagne, 33 projets sont lauréats de ce fonds dans le cadre de la deuxième vague. Ce sont donc 12,3 millions d’euros mobilisés par France relance. 76,6 millions d’euros d’investissements productifs à l’échelle de la région. 

Ils permettront aux entreprises concernées de diversifier leur activité, de moderniser leurs procédés de fabrication ainsi que de pérenniser leur présence en Bretagne avec la création de 709 emplois. Œuf d’Armor, basée à Rospez, pourra ainsi développer son activité et la pérenniser. Quand l’action nationale s’inscrit dans un développement territorial afin de préserver son industrie.

Le dossier de presse sur le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires

Inclusion numérique : France Relance en faveur des aidants numériques

Actuellement, 13 millions de français sont éloignés du numérique. Nous devons donc oeuvrer à les accompagner dans la transition numérique. L’inclusion numérique passe par la formation et l’outillage des aidants numériques. Ainsi, dans le cadre du programme France relance pour l’inclusion numérique, 10 millions d’euros sont consacrés à ce volet.

Cette enveloppe est dédiée à la formation et au déploiement sur le territoire de 4.000 conseillers numériques France Services. Cela créera une dynamique de proximité dans l’accompagnement au numérique. Aussi, il s’agira de généraliser l’outil Aidants Connect. Il sécurise juridiquement et techniquement l’opération par laquelle un accompagnateur professionnel réalise une démarche administrative pour le compte d’un usager. Cette enveloppe servira aussi au financement d’une journée et demi de formation pour tous les aidants connectés habilités. De plus, c’est le financement des outils de la galaxie PIX. Ils ont pour but d’évaluer, de développer et de certifier les compétences numériques des aidants dans une perspective de formation et d’amélioration. Enfin, il y aura un soutien financier pour la mise en place de formations certifiantes et non-certifiantes des médiateurs numériques. C’est donc un travail de professionnalisation et de valorisation de ce métier essentiel à l’inclusion numérique.

L’inclusion numérique, plus qu’une avancée dans la transition numérique, est vecteur de lien social, de rapprochement et d’inclusion des isolés.

En savoir plus sur l’aide et l’outillage des aidants connectés.

Le dossier de presse

Le numérique du quotidien au coeur du plan de relance.

Dispositifs de soutien aux étudiants

Nos étudiants sont durement touchés par la crise de la Covid-19. Nombreux se trouvent dans une précarité financière ou psychologique. Nous avons donc mis en place deux dispositifs d’aides afin de mieux les accompagner dans cette crise: en effet, le repas à 1€ pour tous les étudiants sans exception permet aux étudiants dans le besoin de se nourrir à moindre frais. Aussi, le dispositif Santé Psy Étudiant permet un suivi par un psychologue intégralement pris en charge sur trois séance reconductibles.

Ces mesures témoignent de la volonté du gouvernement d’accompagner une jeunesse en difficulté. Plus que des mots, des actes forts et significatifs.

22 nouveaux projets de relocalisation lauréats dans le secteur électronique

À l’occasion de son déplacement ce jour dans l’entreprise Axon Cable dans la Marne, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, a annoncé les17 premiers lauréats du dispositif « Chaleur Biomasse » ainsi que 16 nouveaux lauréats du dispositif « Efficacité Energétique » opérés par l’ADEME. Ces projets s’inscrivent dans les 1,2 milliards d’euros consacrés à la décarbonation de l’industrie du plan « France Relance ». Au total, et en incluant les 16 précédents projets annoncés le 17 décembre 2020, France Relance soutient d’ores et déjà 49 projets représentant 596 millions d’euros d’investissements dans la décarbonation de l’industrie française au travers d’un soutien public s’élevant à 224 millions d’euros. Ils permettront une réduction globale de 743 000 tonnes de CO2eq par an des émissions de l’industrie française.

 Agnès Pannier-Runacher a déclaré à cette occasion : « Grâce à France Relance, la décarbonation de l’industrie s’accélère, avec des projets concrets et ancrés dans les territoires qui vont permettre de réduire significativement les émissions de CO2 des sites les plus émetteurs de France. Aux côtés des filières industrielles françaises, nous relevons ainsi le défi climatique, tout en préservant les emplois et les sites de production. En améliorant significativement notre performance environnementale, nous donnons encore plus de crédit à notre stratégie de relocalisation et réconcilions écologie et économie ».

En Côtes-d’Armor, c’est l’entreprise Keopsys Industries basée à Lannion qui bénéficiera de ce plan de relance avec son projet « ARCOL ». Ce dernier vise à conduire une ligne pilote de fabrication de composants optoélectroniques. À terme, il permettra de réduire la dépendance de l’entreprise vis-à-vis des fournisseurs étrangers les plus critiques, tout en renforçant sa compétitivité. Ainsi, en centralisant et localisant ses moyens de productions, Keopsys réduit sa consommation de CO2 tout en consolidant sa position par moins d’interdépendance. Nous pouvons nous féliciter de l’engagement climatique des entreprises locales ainsi que leur volonté de s’affirmer en tant qu’entreprise le plus autonome possible.